Par : Bernard P
Publié : 2 juin 2015

01.06.2015 - Onewovision -RDCongo

RDC : l’interdiction d’adoption des enfants reste de vigueur, précise Albert Paka

Le gouvernement congolais n’a pas encore levé le moratoire sur l’adoption internationale des enfants congolais par les étrangers. Le conseiller juridique au ministère de l’Intérieur, Albert Paka, a fait cette mise au point, samedi 30 mai à Radio Okapi. Il a apporté cette lumière par rapport à l’information livrée par de nombreux médias la semaine dernière, annonçant la levée par la RDC de l’interdiction d’adoption des enfants.

« La décision demeure de rigueur, il est clair que dans les prochains jours on examinera les modalités de levée progressive de certains dossiers qui ont étés en souffrance jusque-là du fait de ce moratoire. Il s’agit bel et bien des jugements qui sont intervenus et qui sont restés en souffrance depuis l’instauration du moratoire », a précisé Albert Paka, qui est aussi président de la Commission ad hoc chargée d’étudier les dossiers.
Pour l’heure, la commission est en train d’examiner des dossiers d’adoption en souffrance dont les jugements sont intervenus avant le moratoire, a-t-il expliqué.
L’adoption internationale des enfants congolais par des étrangers a été suspendue depuis septembre 2013. Elle devrait être levée l’année suivante mais la Direction générale de migration (DGM) avait maintenu cette mesure. Elle reprochait aux étrangers qui adoptent les enfants congolais de le soumettre à des secondes adoptions, voire à des traites d’enfants.

Albert Paka a indiqué que le gouvernement veut d’abord « vider les arriérés des dossiers d’adoption ».
« Le Gouvernement a donné des instructions claires et nettes qui consistent à vérifier l’authenticité des jugements qui ont été rendus. Vous le savez, parmi les abus qui ont été décriés, on a constaté qu’il y a des jugements qui ont été attribués à des juridictions qui les ignoraient simplement . On a fabriqué des jugements dans les couloirs, dans les cafés et tous ces jugements malheureusement ont failli servir pour les sorties d’enfants », a déploré le conseiller juridique au ministère de l’Intérieur.
Toutefois, il a indiqué que dans certains cas, il ne s’agissait pas d’un mauvais jugement de la part du juge, mais plutôt que celui-ci a été trompé.

La commission que dirige Albert Paka, possède jusqu’ici un millier de dossiers à examiner, dont une centaine a déjà trouvé un avis favorable. Ce qui revient à dire qu’une centaine d’enfants congolais adoptés pourront quitter dans le pays dans les tous prochains jours, a-t-il dit.