Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2015 > 05.Actus - Mai 2015 > 17.05.2015 - La Prospérité - RDCongo
Par : Bernard P
Publié : 19 mai 2015

17.05.2015 - La Prospérité - RDCongo

Dégel de l’affaire des ‘‘Enfants congolais adoptés’’ : les premiers départs à l’étranger interviennent en juin 2015

> C’est le dénouement dans l’affaire des enfants congolais adoptés par des parents étrangers. Après un moratoire de deux ans, ces enfants sont rassurés de quitter la RDC en juin prochain. Tout est fin prêt. Les dernières formalités officielles ont été accomplies le 12 mai dernier, lors que les différentes Ambassades concernées par l’adoption des enfants sont allées à la Direction Générale de Migration (DGM) pour déposer les dossiers complets des ressortissants de leurs pays visés par la mesure conservatoire. D’après des éléments d’information recoupés, il y a une cinquantaine de dossiers d’enfants traités. Environ 40 ont déjà reçu l’aval de la DGM pour un départ début juin. Les autres suivront. Ce n’est qu’une question de temps. Les moyens ayant déjà été mobilisés. Pour en arriver là, il a fallu que le Vice-Premier Ministre en charge de l’Intérieur, Evariste Boshab, prenne les choses en mains. Pour ce faire, il a présidé, le 24 avril dernier, une réunion interministérielle. Au sortir de laquelle, le Gouvernement a décidé de lever la mesure de suspension de voyage. Une commission ad hoc a même été instituée avec pour objet de vérifier, en deux mois, l’authentification des jugements contenus dans 1300 dossiers d’adoption. Chaque dossier devrait être examiné au cas par cas. Une précision de taille, les dossiers déjà examinés en commission, l’année dernière, ne subiront plus un deuxième examen. C’est au nom du principe de la continuité de l’Etat. Il importe de rappeler que l’affaire des enfants congolais adoptés par les étrangers était au centre d’une conversation téléphonique entre le Président rd-congolais, Joseph Kabila, et son homologue américain, Obama. Plusieurs ambassadeurs ont, par la suite, fait des tours au ministère de l’Intérieur pour faire avancer le dossier.