Par : Bernard P
Publié : 1er mai 2015

Avril 2015 - RTS.ch

Emission du 23 avril 2015

Enfants placés, les dossiers de la honte
Maltraités, sexuellement et physiquement abusés, exploités. Ils seraient 100’000 enfants en Suisse, sans doute plus, à avoir été placés et avoir subi ces injustices, jusque dans les années 80. Pendant de nombreuses années, ils n’ont reçu aucune excuse, aucune explication, ni de la part de l’Etat, ni de la part des paysans, où ils étaient placés, ni de celle de l’Eglise. Aujourd’hui, la Suisse est en train de faire son devoir de mémoire. Pour la première fois, ces victimes peuvent consulter leur dossier, resté secret jusqu’alors. Pour comprendre pourquoi et dans quelles circonstances leur vie a été brisée.

De la fin du XIXème siècle jusqu’en 1981, des centaines de milliers d’enfants ont été retirés à leur famille, souvent pour la seule raison qu’elles étaient pauvres. Ces enfants ont ensuite été placés dans des institutions, des maisons de redressement, des familles de paysans et même des prisons. Ils y ont subi les pires maltraitances. Leur vie a été détruite sans que personne ne s’insurge.

Une fois adultes, ces victimes ont tenté d’arracher un pardon à leurs bourreaux par tous les moyens, ont voulu que l’Etat leur explique pourquoi il a laissé faire. Mais elles ont surtout mené un véritable combat pour comprendre dans quelles circonstances et pour quelles raisons leur vie a été un enfer.

En 2013, Simonetta Sommaruga, Ministre de la Justice, ouvre la voie. Au nom de la Confédération, elle leur demande pardon et leur promet des réponses, des réponses présentes dans les archives. Chaque victime a désormais le droit d’aller consulter son dossier.

Temps Présent a suivi ces anciens enfants placés à la recherche de leur histoire, de leur identité. Une démarche nécessaire pour eux, mais aussi douloureuse. Ils comprennent aujourd’hui que leurs maltraitances étaient connues de tous, qu’elles étaient même consignées dans des dossiers. Ils découvrent aussi qu’on leur a menti, qu’on leur a caché des choses. Ce nouveau combat réactive des blessures anciennes, mais c’est le seul moyen pour eux d’avancer.