Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2015 > Actus - Janvier 2015 > 16.01.2015 - Presse - StarAfrica - Gambie
Par : Bernard P
Publié : 18 janvier 2015

16.01.2015 - Presse - StarAfrica - Gambie

Le Comité des droits de l’enfant examine le rapport de la Gambie

GENÈVE, 16 janvier 2015 / PRN Africa / — Le Comité des droits de l’enfant a examiné aujourd’hui le rapport périodique de la Gambie au titre de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Le rapport a été présenté par la Directrice de la protection sociale de la Gambie, Mme Fanta Bai-Secka, qui a notamment indiqué que sur 1,9 million d’habitants, son pays comptait 916 418 enfants, soit 49,4% de la population. Elle a affirmé que le Gouvernement gambien avait accompli des progrès significatifs en matière de promotion et de protection des droits de l’enfant. Le taux de couverture vaccinale atteint 99,5% ; la poliomyélite est sur le point d’être éradiquée dans le pays et la malnutrition parmi les enfants a été réduite. Grâce à la gratuité des services de soins de santé maternelle et infantile, la mortalité infantile a été réduite et l’incidence du paludisme ainsi que le taux de transmission du VIH/sida de la mère à l’enfant ont eux aussi significativement diminué. Le chef de la délégation a par ailleurs attiré l’attention sur le plan stratégique d’enregistrement des naissances qui a été élaboré afin de renforcer le système d’enregistrement des naissances dans le pays. Mme Bai-Secka a ensuite rendu compte des importantes réalisations dont peut se prévaloir la Gambie dans le domaine de l’éducation. Désormais, a-t-elle fait valoir, les filles ont atteint la parité éducative avec les garçons au niveau du primaire et le taux global de scolarisation s’est accru. La gratuité du cycle d’éducation de base pour tous les enfants a été décrétée en 2014. Mme Bai-Secka a aussi attiré l’attention sur la réduction importante du nombre de talibés – ces enfants sous tutelle islamique locale – qui mendiaient dans la rue. Une politique nationale ainsi qu’un plan stratégique de protection sociale, assortis d’un plan de mise en œuvre, ont été élaborés et un régime de protection sociale minimum est actuellement en train d’être mis en place. En dépit de ces progrès remarquables, des défis persistent dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, de la malnutrition, de la santé et des ressources – tant humaines que financières, a conclu le chef de délégation.