Par : Bernard P
Publié : 27 novembre 2014

24.11.2014 - IRIN

Les orphelins d’Ebola en proie au stress et à la stigmatisation

KAILAHUN/DAKAR, 24 novembre 2014 (IRIN) - En Sierra Leone, la grande majorité des centaines d’enfants qui ont perdu des parents à cause du virus Ebola sont à la fois orphelins de père et de mère.

Parmi eux se trouve Lamin Borbor, âgé de huit ans. Assis seul à l’ombre d’un grand pavillon au toit de tôle, il joue avec une petite voiture devant le centre d’accueil provisoire d’un quartier paisible de la ville de Kailahun, dans l’est de la Sierra Leone.

Lamin fait partie de la quinzaine d’enfants orphelins ou séparés de leurs proches, âgés de six mois à 18 ans, qui séjournent au centre en attendant d’être placés. Avec l’aide des organisations humanitaires, le ministère de la Protection sociale, du Genre et de l’Enfance (MSWGCA) s’emploie à retrouver leur famille ou à trouver une famille de substitution pour prendre soin d’eux.

« On m’a emmené ici parce qu’il n’y avait personne pour s’occuper de moi », a dit Lamin à IRIN. « Mes parents sont morts du virus Ebola. Mais, je n’ai pas peur [car] on prend bien soin de moi au centre. »