Par : Bernard P
Publié : 27 novembre 2014

22.11.2014 - OAA Chemin de vie

Adoption : de premiers couples homoparentaux entament leur parcours du combattant


Cela a pris neuf mois, un "symbole". Thomas et son mari font partie des premiers couples homosexuels à avoir obtenu récemment un agrément pour adopter un enfant mais cette première étape, essentielle, reste loin de la fin du parcours.


"Pour nous, les plus gros problèmes se posent clairement après l’agrément", raconte ce photographe parisien de 36 ans. Plus de seize mois après l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homo, seuls quelques agréments ont été accordés à Paris et dans les Bouches-du-Rhône mais aucun couple de même sexe n’a encore adopté d’enfant.


Les voies possibles sont en effet très réduites : les chances d’adopter en France sont quasiment inexistantes et à l’étranger, seule une poignée de pays permet l’adoption par des couples homosexuels (le Brésil, l’Afrique du Sud et quelques Etats des Etats-Unis).


Une situation dénoncée par l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens, qui évoquent l’"impasse" dans laquelle se trouvent les couples homo, coincés entre "l’homophobie institutionnalisée des pays étrangers qui n’autorisent pas l’adoption par des couples de même sexe, et les pratiques homophobes des conseils de famille en France qui ne donnent aucune chance à ces couples de se voir confier un enfant pupille de l’Etat".


"Quand on repense à toutes ces choses fausses qui ont été dites pendant les débats sur le mariage pour tous et notamment que tous les couples d’hommes allaient adopter de petits bébés, c’est délirant. Et c’est surtout complètement faux quand on voit la réalité de l’adoption aujourd’hui", complète Laurent, jeune trentenaire lui aussi, avec son mari Guillaume, tout récemment titulaire du fameux sésame