Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2014 > Actus - Octobre 2014 > 08.10.2014 - Presse OUest France - RDCongo
Par : Bernard P
Publié : 10 octobre 2014

08.10.2014 - Presse OUest France - RDCongo

Adoptions au Congo : les familles dans l’attente
Depuis septembre 2013, la République démocratique du Congo bloque le départ des enfants adoptés par des familles étrangères.
Pour ces dernières, l’attente est interminable. Témoignages.

Karl a eu 5 ans le 17 septembre. « Nous avons fait un gâteau, pris des photos... On lui retracera ces souvenirs quand il arrivera. » Séverine et Jimmy Gouraud, habitants de Saint-Jean-de-Monts (Vendée), ont appris en septembre 2012, qu’ils seraient les parents de Karl et Matt, deux frères originaires de République démocratique du Congo. Un tribunal congolais a prononcé, depuis, un jugement d’adoption. « Nos enfants portent notre nom de famille », insiste Séverine.

Mais en septembre 2013, le pays africain a suspendu la délivrance d’autorisations de sorties du territoire pour les enfants adoptés par des étrangers. Un moratoire décidé, pour un an, après la révélation d’un scandale aux États-Unis. Des familles adoptaient et donnaient, ensuite, ou échangeaient les enfants sur Internet. La levée du moratoire était espérée la semaine dernière. En septembre, les autorités de Kinshasa ont prolongé cette suspension « jusqu’à nouvel ordre ».

46 dossiers en attente

« Certains parents attendent depuis deux ans. C’est dur, quand la chambre est prête, les habits achetés... et que l’enfant ne les portera jamais, parce qu’il aura grandi », confie Séverine. Difficiles à gérer, aussi, les questions de l’entourage, expliquent Emmanuelle et Lutz Quietmeyer, de Châteaufort (Yvelines), qui attendent la petite Karla, 5 ans. « Nos familles, nos amis ne comprennent pas qu’un enfant qui est déjà à nous puisse rester bloqué.  »

« La situation manque de visibilité  », reconnaît Maurice Labaisse, président de Vivre en famille, association basée à Champsecret (Orne). Habilitée pour l’adoption en RDC, elle gère une centaine de dossiers en attente. Au ministère des Affaires étrangères, la Mission de l’adoption internationale indique que «  46 dossiers finalisés  » sont restés bloqués, précisant que le jugement d’adoption n’est, en RDC, « qu’une étape de la procédure  ».

Les familles envisagent d’écrire à Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo. Maurice Labaisse pense qu’un recours serait possible devant une juridiction internationale. Car « pour la plupart, ces dossiers ont fait l’objet d’un jugement d’adoption prononcé par un tribunal congolais. Ces familles sont les parents juridiques de leurs enfants ».

Nous avons tenté d’interroger l’ambassade de République démocratique du Congo, à Paris, qui n’a pas donné suite.

Clémence HOLLEVILLE.

 Ouest-France