Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2014 > Actus - Août 2014 > 01.08.2014 - Presse Africa time.com RD Congo
Par : Bernard P
Publié : 3 août 2014

01.08.2014 - Presse Africa time.com RD Congo

Une pétition du congrès américain contre Joseph Kabila 

WASHINGTON - 167 membres du congrès américain ont signé et déposé une pétition ouverte à la maison blanche pour demander au président américain de convaincre son homologue congolais, Joseph Kabila de libérer les enfants interdits d’adoption. Dans notre pétition, nous exigeons au président Kabila de libérer les enfants pris en otage par son système d’adoption, a indiqué un membre du congrès américain. Les pétitionnaires insistent sur la pression que la maison blanche doit exercer sur les autorités congolaises pour qu’elles lèvent la suspension des adoptions des enfants congolais. ‘‘Nous demandons à l’administration d’Obama de dire au Président Kabila de la République démocratique du Congo de mettre fin à la suspension des adoptions des enfants congolais’’, peut-on lire dans leur document. ‘‘Nous demandons respectueusement que vous souleviez cette crise des droits humains avec le président Kabila avant la participation de celui-ci au Sommet sur 5 au 6 août 2014 des dirigeants africains. Puis, utilisez l’occasion du Sommet pour faire pression pour une résolution ferme. S’il vous plaît, aidez ces enfants à rentrer à la maison’’, ont-ils insisté. La semaine dernière, 167 membres du Congrès ont écrit au président Obama lui demandant de s’entretenir directement avec le président Kabila de la République démocratique du Congo et de résoudre la crise créée par la suspension de la RDC de permis de sortie pour les enfants adoptés légalement. Malheureusement, selon eux, dix enfants ont connu le pire sort. Pourtant, ajoutent les signataires, ils attendaient de venir dans leurs familles adoptives. Les membres du congrès insistent pour que le président Obama ne permette pas la mort d’un autre enfant. ‘‘Jusque là, près de 800 enfants sont coincés et comptent sur l’action du congrès américain’’, ont-ils conclu. Le site web du gouvernement américain