Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2014 > Actus - Février 2014 > 13.02.2014 - Presse "Le nouvel Observateur"
Par : Bernard P
Publié : 17 février 2014

13.02.2014 - Presse "Le nouvel Observateur"

Arche de Zoé : moi, enfant volée à ma naissance

Achetée au Brésil puis élevée en France par une famille adoptive, Kharla a bataillé pour retrouver la trace de ses origines. L’affaire de l’arche de Zoé, jugée mi-février, lui rappelle combien la loi française s’en fiche.Vendredi 14 février, le délibéré de l’affaire dite de « l’Arche de Zoé » sera rendu public [Eric Breteau et sa compagne Emilie Lelouch ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis.] A la tête de cette association, Eric Breteau et Emilie Lelouch, accusés d’avoir tenté « d’exfiltrer » du Tchad vers la France 103 enfants, soi disant « orphelins du Darfour » en octobre 2007.

Le procès a lieu en France et non au Tchad. Les principales victimes – les 103 mineurs que l’association a voulu faire passer pour des orphelins et leurs familles biologiques elles aussi victimes de manipulation – ne sont ni présentes ni représentées, encore moins entendues et défendues.
Making of

Kharla Livingston-Lorenzzo est le nom d’emprunt d’une jeune femme « adoptée » par un couple de Montpellier il y a une trentaine d’année, « avant de retrouver [s]a véritable identité ».

Vivant aujourd’hui entre la France et le Brésil, où elle enquête auprès de ces femmes poussées à abandonner leurs enfants, Kharla a crée un collectif « Adoption : terrain miné ». Il a envoyé une lettre ouverte aux ministres, intitulée « Adoption : 8 questions, quelles réponses ? », sans réponse de leur part. Rue89

Personne n’a remarqué leur absence. Par un tour de passe-passe, évincées de l’affaire.

Que sont devenus ces enfants ? Ont-ils pu rentrer dans leur famille biologique ?

Comment les a-t-on aidés à accuser le choc du traumatisme d’un enlèvement, et de toute une mise en scène où on les avait affublés de pansements et promis un avenir « meilleur » en France ?

On préfère poursuivre les tours de passe-passe. Des « familles d’accueil » auraient versé un « don » de 1 400 euros par enfant, passé ensuite à 2 200 euros. Des « dons » obligatoires ?