Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Année 2019 > Actus - Janvier 2019 > 23.01.2019 - L’express
Par : Bernard P
Publié : 5 mai

23.01.2019 - L’express

Baisse des adoptions dans le pays

Le ministère des Affaires civiles a annoncé la baisse du nombre annuel d’adoptions enregistrées au cours de la dernière décennie.

D’après le ministère, cela s’explique par « le développement rapide et régulier de l’économie et l’amélioration des politiques en matière de bien-être ». Plus récemment, la fin de la politique de l’enfant unique a aussi contribué à la chute des adoptions.

Les parents ayant la possibilité d’avoir un second enfant, ou d’avoir recours à des techniques médicales assistées, ne se tournent plus vers l’adoption.
Baisse de 66% en 9 ans

Ainsi, le nombre annuel d’adoptions enregistrées à l’échelle nationale est passé en 2009 de 44.260 à 15.143 en 2018, soit une diminution de près de 66%.

De 2014 à 2018, 97.819 adoptions ont été enregistrées à l’échelle nationale. Selon le ministère, 85.581 enfants (87,5% des adoptions), ont été adoptés par des citoyens chinois.

« Au fur et à mesure que l’économie se développe et que la société se stabilise, de moins en moins d’enfants ont été abandonnés », a expliqué Wang Jinhua, directeur du département des affaires sociales du ministère.

« Les politiques pertinentes visant à améliorer les conditions de vie de la population et à renforcer l’aide sociale ont également contribué à ce déclin« , a-t-il ajouté lors d’un point presse.
Une nouvelle réglementation pour inciter aux adoptions

Dans un règlement publié le 21 novembre 2018, le ministère des affaires civiles a interdit aux autorités locales d’exiger des frais déraisonnables ou des services obligatoires, ou de demander des dons lors de visites en Chine de familles étrangères avec des enfants chinois adoptés.

L’objectif est de supprimer les freins à l’adoption de couples étrangers mais aussi chinois. Les nouvelles règles sont entrées en vigueur le 1er janvier 2019, et exigent aussi que les départements des affaires civiles incluent les dépenses liées aux visites de retour dans leur budget financier ou collectent des fonds auprès de la loterie sociale afin de répondre aux besoins de ces familles étrangères. De même, les autorités locales ne seront pas autorisées à facturer des frais à ces familles.

En Chine, seuls les enfants des foyers sociaux enregistrés peuvent être légalement adoptés. En 2018, ils étaient 86 000 enfants à attendre d’être adoptés, soit 21% des 410 000 orphelins du pays, a annoncé le ministère. Ce chiffre est en nette diminution de plus de 20% par rapport à 2011, quand ils étaient 108 000.

Selon Tong Xiaojun, directrice de l’Institut chinois de recherche sur les enfants, qui fait partie de l’Université de l’Académie chinoise des sciences sociales, la baisse du nombre d’enfants dans ces foyers est la principale raison de la baisse des adoptions internationales.

« L’augmentation des revenus et l’amélioration des conditions de vie, en particulier dans les campagnes, ont pour conséquence que moins de parents souhaitent maintenant abandonner leurs enfants, qui pouvaient être considérés dans le passé comme un fardeau financier », a expliqué cette dernière.

« Le gouvernement privilégie donc les familles chinoises en matière d’adoption et les familles étrangères doivent attendre plus longtemps », a expliqué la chercheuse. Les familles chinoises ont adopté en 2017 plus de 15 000 enfants, soit plus de 80% du total.

Traditionnellement, une grande partie des enfants abandonnés en Chine sont malades ou handicapés. Selon Tong Xiaojun, les familles chinoises préfèrent adopter des enfants en bonne santé et non handicapés, et parce que ces familles sont prioritaires, les familles étrangères n’ont souvent accès qu’aux jeunes ayant des besoins spéciaux, a-t-elle précisé.