Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Année 2018 > Actus - Janvier 2018 > 11.01.2017 - RD Congo - Ouest France
Par : Bernard P
Publié : 24 janvier

11.01.2017 - RD Congo - Ouest France


Adoption au Congo : l’espoir renaît pour les familles


Alors que la France a bloqué les procédures d’adoption depuis un an, deux enfants viennent d’atterrir à Paris.


Lundi 8 janvier 2018, dans la matinée, une jeune Congolaise de 15 ans a atterri à Paris. Pour rejoindre ses parents adoptifs, qui l’attendent depuis bientôt six ans… La semaine prochaine, une autre fillette de 11 ans devrait elle aussi retrouver sa famille d’adoption, à Toulouse. Une lueur d’espoir pour beaucoup de parents. Car depuis un an, les adoptions en provenance du Congo sont bloquées par la France.


Le 1er janvier 2017, « compte tenu des irrégularités constatées dans les dossiers d’adoption en République Démocratique Du Congo (RDC) », il a été décidé de suspendre les adoptions internationales. Dans la foulée, des arrêtés de retrait d’habilitation des trois organismes autorisés pour l’adoption (Vivre en famille, Chemin vers l’enfant et Enfants du monde France) exerçant en RDC, sont publiés au journal officiel.


Depuis donc, une soixantaine d’enfants, selon l’avocate Céline Boyard, qui défend plusieurs familles, attendent dans un orphelinat de Kinshasa. Dont une dizaine pour l’association ornaise Vivre en Famille.


« Pour tous ces enfants, l’apparentement (choix d’une famille adoptive) avait été prononcé avant l’arrêté du 1er janvier 2017. Le gouvernement congolais demande d’ailleurs aux parents concernés de subvenir aux besoins de ces enfants, rappelle l’Alençonnais Ludovic Assier, membre de Vivre en famille. L’arrêté de 2017 a mis les parents dans un vide juridique. En gros, on leur disait : il faut attendre les 18 ans des enfants pour les récupérer. Des recours ont donc été déposés, ce sont les deux premiers qui viennent d’aboutir. »


Parallèlement, Vivre en famille a déposé un recours devant le Conseil d’État pour récupérer son habilitation.


Yasmine MOUSSET.