Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > 02.Actualités-Année 2017 > Actus - Mars 2017 > 08.03.2017 - Libération maroc
Par : Bernard P
Publié : 12 mars 2017

08.03.2017 - Libération maroc

Aicha Chenna : La mère des enfants abandonnés

En prenant fait et cause depuis des années pour les enfants nés hors mariage et en prenant en charge des mères célibataires (sujet tabou), Aicha Chenna est devenue une icône dans le pays. Elle a secoué la société marocaine avec son Association « Solidarité féminine » et a permis de poser ce fait de société occulté non seulement au Maroc mais dans les autres pays musulmans.
Née en 1941 à Casablanca, Aicha Chenna grandit à Marrakech. Adolescente, elle s’engage dans sa première action de bénévolat avec la Ligue de protection de l’enfance. Infirmière, elle travaille ensuite en tant qu’animatrice d’éducation sanitaire et sociale à la préfecture médicale de Casablanca.
En créant, en 1985, « l’Association Solidarité féminine », elle prend en charge des mères célibataires qui ne bénéficient d’aucun droit. Dans son association, des mères célibataires, rejetées par leurs familles, bénéficient de formations, de cours d’alphabétisation et d’un travail pour qu’elles puissent être indépendantes du point de vue financier au bout de trois ans. Une chance est donc donnée à ces mères célibataires en combat permanent contre le regard d’une société traditionnelle intolérante. Pour assister ces mères dans la vie professionnelle, plusieurs cantines, un restaurant, un hammam, une salle de sport et un salon de coiffure et des kiosques sont gérés par ces mères célibataires.
La détermination et le courage immenses de cette grande dame ont été récompensés à de nombreuses reprises. En 2000, Aicha Chenna reçoit la médaille d’honneur, remise par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Tout au long de son parcours, elle a reçu, entre autres, de nombreux prix dont le prix des droits de l’Homme de la République française (1995), le prix Grand Atlas (1998), le prix Elisabeth Norgall (2005) et la consécration, avec le prix Opus, remis avec un chèque de 1 million de dollars.