Par : Bernard P
Publié : 3 novembre 2015

03.11.2015 - Forum des as

72 enfants congolais adoptés par des étrangers « libérés »
mardi 3 novembre 2015

* Le ministre de la Justice et Droits humains met fin au travail
de la commission traitant les cas d’adoption en attendant la nouvelle loi en cours d’examen à l’Assemblée nationale.

72 enfants congolais adoptés par des couples étrangers vont pouvoir quitter la République démocratique du Congo après y avoir été retenus pendant plus de deux ans à la suite d’un moratoire sur l’adoption internationale. C’est hier lundi 2 novembre que le ministre congolais de la Justice et Droits humains a annoncé la nouvelle au terme d’un entretien avec les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux concernés par ces opérations d’adoption d’enfants congolais.
"Nous avons autorisé la sortie de 69 enfants du territoire national", a déclaré à la presse le ministre congolais de la Justice Alexis Thambwe Mwamba. "Nous avons également autorisé la sortie de trois enfants atteints de maladies graves", a-t-il ajouté. La relaxation de cas de ces enfants résulte du travail d’une commission intergouvernementale composée de représentants de la Primature, du ministère de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Défense, Justice, Genre, de l’Agence nationale de renseignements (ANR) et de la Direction générale de migration (DGM).
Après avoir passé en revue la plupart des dossiers, " nous avons considéré qu’il y avait 69 cas qui peuvent être libérés immédiatement ". Ces cas, a expliqué Thambwe Mwamba, concernent 8 pays. Il s’agit des Etats-Unis (14 enfants), de l’Italie (10 enfants), de la Belgique (12 enfants), du Canada (10 enfants), de l’Allemagne (1 enfant), de la France (10 enfants), des Pays-Bas (11 enfants) et de la Suisse (1 enfant). " Nous avons autorisé la sortie de ces enfants du territoire nationale, et ce, à partir d’aujourd’hui. Je viens de le notifier aux ambassadeurs des pays concernés ", a précisé le ministre de la Justice et Droits humains. Par le biais du ministère de la Justice et Droits humains, la RDC a également autorisé la sortie de trois enfants " atteints de maladies graves, et qui ont été adoptés, respectivement un par une famille suisse, française et allemande ".

EN ATTENDANT UNE NOUVELLE LOI
Le dossier des adoptions internationales, a reconnu Alexis Thambwe Mwamba, s’inscrit parmi les dossiers importants que " nous avons à gérer au ministère des Affaires étrangères ". Il y a aujourd’hui plus de 1.000 cas (1.300 selon les organisations des droits de l’homme) qui sont en train d’être examinés pour les adoptions internationales. " Il a été constaté par une commission interministérielle que la plupart de ces adoptions avaient été faites sans aucun respect des prescrits de la loi". C’est pourquoi, Alexis Thambwe Mwamba a expliqué aux ambassadeurs des pays concernés que la " commission qui traite des adoptions ne va plus fonctionner à dater d’aujourd’hui. Ses activités s’arrêtent ". La raison, le ministre de la Justice et Droits humains a affirmé que " nous allons attendre le vote de la nouvelle loi sur les adoptions, ainsi que sa promulgation par le chef de l’Etat ".
La nouvelle réglementation sur les adoptions des enfants attendue de l’Assemblée nationale permettrait de préciser les choses. "D’aucuns pensaient que les enfants adoptés puissent bénéficier d’un suivi de notre pays là où ils se trouvent. J’étais obligé d’informer mes collègues, en ma qualité de conseiller juridique du Gouvernement, qu’il n’est pas possible qu’une fois qu’ils ont été adoptée, de pouvoir assurer un suivi quelconque en dehors de notre territoire ", a précisé Alexis Thambwe Mwamba.
Le ministre de la Justice a profité de cette occasion pour mettre des garde-fous concernant les dossiers d’adoption des enfants congolais à l’international. "Tant que cette loi débattue au niveau de l’Assemblée nationale ne sera pas votée, on n’examinera plus un seul cas d’adoption internationale. Et quand la nouvelle loi sera votée, tous les dossiers actuels devront passer par les conditions qui seront fixées par la nouvelle loi ".
Fin 2013, Kinshasa avait suspendu les autorisations de sorties pour les enfants adoptés par des étrangers. Les autorités avaient alors indiqué avoir pris cette décision après avoir eu des informations selon lesquelles des enfants congolais adoptés dans certains pays auraient été maltraités ou leur adoption transférée à des couples homosexuels, ce qu’interdit la loi congolaise. Le gel des sorties a été renouvelé en septembre 2014.
Cette situation a été vécue comme un drame par les familles concernées, condamnées à vivre séparées par plusieurs milliers de kilomètres. Depuis septembre 2013, quelques uns de ces enfants destinés à rejoindre des familles à l’étranger sont morts, confient certains Ong des droits de l’Homme. Rachidi MABANDU