Vous êtes ici : Accueil > Actualités de l’adoption > Actualités - Archives > Actualités - Année 2015 > 08 . Actus - Août 2015 > 10.08.2015 - Groupe l’Avenir - RD Congo
Par : Bernard P
Publié : 10 août 2015

10.08.2015 - Groupe l’Avenir - RD Congo

adoption internationale des enfants

Dans son cabinet de travail du Palais du peuple, Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale a prêté l’oreille attentive à la plaidoirie de M. Maurice Labaisse, initiateur de l’Association Vivre en Famille, au service de la famille, des enfants, des couples et des personnes handicapées.Sa plaidoirie a été en faveur de la levée de la mesure suspendant l’adoption des enfants en République Démocratique du Congo, mesure prise par les autorités de la RD Congo qui ont constaté d’innombrables abus dans le traitement de certains dossiers y relatifs. Compte tenu de cette suspension, plusieurs familles ayant adopté les enfants congolais ont défilé auprès des autorités dans le but d’obtenir la levée de la mesure. C’est le cas de l’Association « Vivre en Famille », par son initiateur Maurice Labaisse, qui a un foyer de vie pour personnes handicapées mentales, un organisme d’adoption d’enfants français en particulier et enfants étrangers, dans un programme SERA, Assistance aux enfants roumains qui est un organisme de solidarité internationale.

La délégation a été conduite par M. Jules Kidinda, Coordonnateur des Entreprises du Groupe de Presse L’Avenir RTG@ World, auprès du président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku. Ce dernier a promis un appui dans le sens d’obtenir la levée de la mesure, c’est-à-dire, agir au plus haut niveau. C‘est ce qu’a dit Maurice Labaisse à la Rédaction du Journal L’Avenir : « Nous sommes venus plaider en faveur des enfants en cours d’adoption et de leurs parents adoptifs qui attendent depuis maintenant deux ans que le dossier d’adoption soit libéré, que le déblocage se produise puisqu’ils sont en plein désarroi aujourd’hui et ne comprennent pas qu’on puisse bloquer 300 dossiers qui sont d’ailleurs réguliers. Voilà donc, il fallait rencontrer les hautes personnalités qui puissent écouter et je pense que le message a été compris positivement, puisque M. le président de l’Assemblée nationale s’est engagé à agir au plus haut niveau  », a-t-il déclaré. D’ajouter que le président de l’Assemblée nationale a promis de s’engager pour intervenir bien que la décision ne lui appartient pas mais, il sait à qui s’adresser, qui décidera du déblocage